Philippe Lavialle
Série "Maternités ("Elles portent le monde")"

Cette série photographique fut commencée à partir du milieu des années 90. Elle perdure toujours, dans la mesure des rencontres qui se font au hasard et me permettent de partager quelques moments privilégiés avec celles qui « portent le monde »… Comme lors d’un « échange de savoir », les photos sont offertes au modèle en échange de leur utilisation artistique sur cette galerie, lors d’expositions, de parutions, etc… Par ailleurs, au même titre que la série des « Merveilleuses Fractales du Monde Vivant » (voir à ce sujet la galerie des « Photogrammes ») ou des « Chromophotographie », ce travaille participe à un questionnement sur le « Sacré ». C’est à dire, à un questionnement sur ce qui est d’un ordre « Supranaturel » ou « Supraréel » (supérieur au visible), comme l’est la Vie, qui est insondable et échappe donc à notre entendement… C’est ici que, tout ce qui est de l’ordre de l’ « intouchabilité », de l’impalpable, est posée à notre conscience. Et c’est cette notion philosophique et spirituelle fondamentale et mystérieuse que renferme implicitement la Vie. Après que soit exposé ce fondement (peu présent il est vrai dans l’art contemporain conventionnel), force est de constater que seule une version poétique peut alors permettre d’aborder, de sonder l’insondable. Et donc, seule l’inspiration poétique - qui à son plus haut degré d’introspection ne peut être que spirituelle - permet d’offrir à l’esprit humain une « vision » partiellement tangible, à travers une transposition artistique toujours interprétative. Car, il ne peut s’agir là que de points de vues partiels (non globaux), qui ne peuvent et ne doivent que se recouper, pour former au bout du compte, l’œuvre artistique globale et définitive lors de l’ultime achèvement !…

 
Retour en haut